Anciens locaux de l'Eglise Aristotélicienne
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Basilique Saint Rémi de Reims

Aller en bas 
AuteurMessage
Alsbo

avatar

Nombre de messages : 142
Localisation : Clermont en Champagne
Ordre : Congrégation de la Sainte Croisade
Office : Pair du Royaume
Date d'inscription : 28/04/2005

MessageSujet: Basilique Saint Rémi de Reims   Lun 2 Mai - 18:49



Dernière édition par le Lun 2 Mai - 19:19, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alsbo

avatar

Nombre de messages : 142
Localisation : Clermont en Champagne
Ordre : Congrégation de la Sainte Croisade
Office : Pair du Royaume
Date d'inscription : 28/04/2005

MessageSujet: Re: Basilique Saint Rémi de Reims   Lun 2 Mai - 18:54

Saint Rémi de Reims


par Isabelle d'Unienville
Article de Historia N°503, novembre 1988



Il est des inconnus célèbres et d'illustres méconnus. Hasard et malchance ont fait du dix-septième évêque de Reims un de ces fameux oubliés. La mémoire nationale n'a retenu de saint Rémi qu'un nom associé au baptême de Clovis. Prêtre auréolé auprès de la cuve baptismale ou instrument de la Providence saisissant au vol la miraculeuse sainte ampoule ainsi est-il statufié au Panthéon - son visage nous semble effacé ; son caractère ne nous est pas familier. Cet aristocrate, évêque de grande ville et acteur politique, était-il destiné à l'oubli populaire mais invité à hanter notre mémoire nationale comme solennel baptiseur de notre royauté de droit divin ?

Les textes anciens nous aident un peu à recomposer les traits de Rémi bien que les premières Vies, écrites juste après sa mort, se soient égarées. Il nous reste des passages de Grégoire de Tours au Vle siècle, puis des hagiographies du Vllle et surtout du IXe, rédigées par Hincmar, un successeur de Rémi et par un clerc, Flodoard, auteur d'une Histoire de l'église de Reims. Même s'ils sont truffés de ces épisodes miraculeux, coutumiers des lettrés de cette époque, ces récits nous sont cependant indispensables pour retrouver le fil de la vie de Rémi. Ils rapportent ainsi que Rémi fut désigné par Dieu avant même sa naissance. Un saint ermite, Montan, quitte un jour sa grotte et ses jeûnes, pour annoncer à Célinie, épouse du comte de Laon, que, semblable à Elisabeth, la mère de saint Jean-Baptiste, elle enfantera un fils dans sa vieillesse. Rémi naquit en 436 ou 437.

En ce siècle des grandes invasions, « il ne subsiste de l'ancienne donmination des fils de la Louve qu'une sorte d'îlot entre Seine et Loire, un petit Etat résidu qui se dit latin » et qui comprend la Normandie, la Touraine, Paris et Reims. C'est dans ce bastion gallo-romain, coincé entre Francs et Allemands païens, Burgondes et Wisigoths ariens, qu'est élevé Rémi au sein de la famille des Aemilii, très noble gens des Gaules. « C'est à peine si la maison d'Aaron pourrait lui être comparée », enchérit même le vieil évêque mondain et rhéteur, Sidoine Apollinaire.
L'éducation chrétienne de l'enfant n'est pas négligée, puisque son père, sa mère, son frère Principe, sa nourrice Balsamie seront tous honorés comme saints. Impressionnante nomenclature, même en ce temps où la piété populaire accorde généreusement des « certificats de sainteté ».

Saint Rémi exhortant Clovis : « Courbe humblement la tête, Sicambre ; adore ce que tu as brûlé, brûle ce que tu as adoré » rapporte Grégoire de Tours dans son Histoire des Francs.

L'Empire en danger
Depuis la conversion de Constantin, l'Eglise s'était attachée à l'Empire en danger. C'est en son sein que s'est conçue la romania (la « romanité »). Des peuples très divers en étaient venus à se fondre et à reconnaître Rome comme seule nation. A l'aube du Ve siècle, « Rome n'est plus dans Rome » ; le poids politique de l'Empereur d'Occident est pratiquement nul, la puissance papale, peu étendue. Rome n'est que le grand souvenir d'un monde unifié en perdition.
Cette unité romaine apparaissait alors aux Romains cultivés comme le fondement et la lointaine préparation de cette unité des croyants dans le Christ prophétisée par saint Paul. « Je suis un Romain parmi les Romains, un chrétien parmi les chrétiens, un homme parmi les hommes. La communauté de lois, de croyances, de nature me protège : je retrouve partout une patrie », écrivait en 417 le poète Orose.
C'est au sein de ce monde unifié que les grandes familles gallo-romaines définissaient leur puissance et leur rayonnement, et trouvaient leur raison d'être, face à la déroutante variété des tribus barbares qui les entouraient. C'est pour préserver cette union qu'elles mettent au service de l'Eglise leur influence, leurs richesses, leur connaissance des affaires et des hommes, et... leurs fils.
L'enfant, né en 436 dans la famille des Aemilii, avait à se préparer à prendre sa place dans cette lignée d'hommes nobles, riches et réalistes qui, de Sidoine Apollinaire à Grégoire de Tours, ont su créer une Eglise « libre et puissante, qui impressionne les Barbares ».
On sait peu de chose sur les premières années de Rémi, sinon qu'il étudia brillamment la rhétorique. « Il n'existe point actuellement d'orateur que ton talent ne puisse sans peine vaincre et dépasser », le complimente-t-on. Ce doit être un jeune homme poli et brillant. A l'âge de seize ans, il se retire dans la solitude pour y mener une vie de macérations et de prières.
En cette même année 451, Metz est ravagée par les Huns qui se dirigent vers l'Orléanais. Les efforts conjugués du Wisigoth Théodoric et du demi-Romain Aétius arrêtent l'avancée d'Attila, le 20 juin 451 aux Champs Catalauniques. Mais cette victoire n'est pas celle de Rome sur « une nation redoutable par son courage » ; elle est l'oeuvre d'une armée à moitié germanisée et de barbares ariens. Elle sauve la Gaule, mais ébranle profondément l'imagination des Gallo-Romains : l'empire d'Occident ne peut plus se faire d'illusions, ses jours sont comptés.
Une lente et décisive évolution des esprits s'opère à cette charnière du Ve siècle : elle tend à rapprocher Romains et barbares. L'armée avait procédé depuis plus d'un siècle à sa propre germanisation en enrôlant alliés et vaincus ; les campagnes s'étaient habituées à la présence des colons et des esclaves barbares. Mais cette cohabitation ne ressemblait pas à une intégration.
L'Eglise et l'élite romanisée, soit par réalisme politique, soit mues par un obscur besoin d'adaptation à une époque, nouvelle et à un avenir inconnu, surmontent peu à peu leur répulsion intellectuelle et physique. La commotion infligée par le sauvage déferlement des Huns n'a pu qu'accélérer ce processus. Rémi, même au fond de sa retraite, n'a pu l'ignorer.

Evêque à 25 ans
C'est huit ans plus tard, à la mort de Bennade, 16e évêque de Reims, que le jeune homme rencontre son destin. Le peuple attiré par sa renommée de sainteté et d'intelligence se porte auprès de lui et l'enjoint d'accepter le trône épiscopal. Rémi s'y refuse, alléguant sa jeunesse - il n'a que vingt-cinq ans - et son état de laïc. Devant l'insistance du peuple, le Ciel répond à sa place : « Une brillante auréole entoure sa tête, une huile miraculeuse humecte ses cheveux, comme autrefois ceux d'Aaron. » Le fils des Aemilii a plus sûrement été choisi par les évêques voisins qu'une circonstance oubliée a contraints à déroger à la coutume selon laquelle l'épiscopat n'était pas accordé avant 45 ans.
Rémi est alors un jeune homme grave : « Ceux qui nous ont laissé son portrait disent qu'il était grand de corps, comme de 7 pieds de hauteur, ayant le front quelque peu austère, le nez aquilin, les cheveux blonds, la barbe assez longue et le marcher grave, pour marque d'une constante vertu. » Il est déjà « puissant » en miracles : il arrête l'incendie d'un faubourg, guérit une possédée, ressuscite des morts, et attire les petits oiseaux qui viennent dîner à sa table. D'un abord amène, il laisse plus le souvenir d'un protecteur de cité que d'un saint mystique.
Il manifeste aussi des talents politiques dans une lettre adressée à Clovis qui vient d'accéder au trône des Francs en 481 ou 482 : « Une grande nouvelle nous est parvenue : vous avez pris en main le gouvernement de la Seconde Belgique... Veillez en premier lieu à ce que le Seigneur ne se détourne pas de vous... Demandez conseil à vos évêques. Si vous marchez d'accord avec eux, le territoire soumis à votre autorité ne s'en trouvera que mieux. »
L'évêque de Reims ne mésestime pas la puissance du jeune roi : « Les Francs furent le seul peuple barbare dont l'unité politique survécut à la désintégration de l'Empire » et ils viennent encore d'étendre leur territoire après l'assassinat d'Aétius en 455. Peut-être pressent-il aussi un allié, qui pourrait éventuellement le protéger des exactions du nouvea maître des milices, Syagrius, gouverneur de ce dernier bas tion romain en Gaule auquel est soumis Reims.

...


Dernière édition par le Lun 2 Mai - 19:13, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alsbo

avatar

Nombre de messages : 142
Localisation : Clermont en Champagne
Ordre : Congrégation de la Sainte Croisade
Office : Pair du Royaume
Date d'inscription : 28/04/2005

MessageSujet: Re: Basilique Saint Rémi de Reims   Lun 2 Mai - 18:56

La chute de Rome en 476 et le rattachement symbolique de l'Empire d'Occident à Byzance renforcent l'isolement de derniers Gallo-Romains. La fin de l'empire chrétien modifi aussi insensiblement la position de l'arianisme au sein de grands royaumes barbares. L'arianisme était un signe d'indépendance, il n'est plus qu'un particularisme. Le catholicisme n'est plus une religion de vaincus.
Les évêques furent sans doute inconscients de cette évolution. Leur politique de conversion est toute pragmatique ; ces temps troublés ne laissent pas assez de loisirs pour mûrir une stratégie.
En 486, Clovis prend possession du « royaume » de Syagrius. Reims est en terre franque, et Clovis réside sans doute à Soissons. La romanité se réfugie dans l'Église et c'est à l'évêque d'affirmer sa présence. On a associé au nom de Rémi l'épisode du vase de Soissons ; ce serait lui qui aurait demandé à Clovis de lui réserver ce vase sacré, pillé dans le trésor de l'église. Le roi tente en vain de déroger aux lois franques, un soldat brise le vase plutôt que le soustraire au tirage au sort. Combien déjà se fait sentir l'influence ecclésiale !
Cependant Rémi semble étranger aux étapes qui mènent Clovis à la conversion. Le mariage de ce dernier avec Clotilde, princesse catholique élevée au sein d'une cour arienne, introduit le christianisme dans son entourage quotidien. Clotilde, malgré l'opposition de son mari, fait baptiser ses enfants. Enfin, Clovis lui-même, si l'on s'en tient au récit de Grégoire de Tours, engage sa parole, lors d'une bataille contre les Alamans. Voyant que son « armée était sur le point d'être complètement exterminée », le roi implore le « Dieu de Clotilde » de lui accorder la victoire en échange de sa conversion . Clovis rentre en vainqueur en ses foyers et raconte à la reine comment il avait « invoqué le nom du Christ ». Cet épisode célèbre est-il historique ? Nous pouvons seulement supposer que Clovis, sous l'impression d'influences diverses, penche en faveur du christianisme. Et c'est presque certainement Clotilde qui accélère cette évolution en faisant venir secrètement saint Rémi pour le prier « d'insinuer chez le roi la parole du salut ».
Le génie de Rémi est de favoriser cette conversion qui aurait paru aussi scandaleuse qu'invraisemblable un siècle auparavant. Alors que l'Empire romain est mort depuis vingt ans, le fils des Aemilii ressuscite la vieille politique assimilatrice romaine : il a la possibilité de « donner un centre politique au monde chrétien d'Occident ? ».
En effet, nous pouvons supposer que ses arguments ne furent pas uniquement théologiques puisque Clovis lui répond ainsi : « Je t'ai écouté volontiers, très saint Père, toutefois il reste une chose ; c'est que le peuple qui est sous mes ordres ne veut pas délaisser ses dieux ; je vais l'entretenir conformément à ta parole. »
Une surprise attend Clovis : « Il se rendit donc au milieu des siens et avant même qu'il eût pris la parole, la puissance de Dieu l'ayant devancé, tout le peuple s'écria en même temps : "Les dieux mortels ' nous les rejetons, pieux roi, et c'est le Dieu immortel que prêche Rémi que nous sommes prêts à suivre.". »

Le baptême de Clovis
L'adhésion du peuple emportée, il reste au roi à traverser les 40 jours de catéchuménat. Rémi s'en est sans doute chargé, et l'on peut supposer que cet homme grave, imprégné de rhétorique, a quelques difficultés à instruire le jeune Franc. Indigné par la passion du Christ, Clovis regrette de n'avoir pas été présent avec ses soldats pour délivrer le Fils de Dieu !
Enfin, se lève cette aube de Noël 496. Le clergé apprête l'église avec grand soin : « Les places sont ombragées de tentures de couleurs, les églises ornées de courtines blanches ; le baptistère est apprêté, des parfums sont répandus, des cierges odoriférants brillent. » Toute la pompe et le raffinement chrétiens ont été déployés pour éblouir les barbares ; et, toujours selon la même tradition, Clovis, un peu inquiet, demande à l'évêque qui le conduit : « Est-ce là le paradis dont tu me parlais ? - Non, répond Rémi, mais le chemin qui y mène. »

On Peut aujourd'hui tenir pour certain que saint Rémi baptisa le roi franc à Reims le 25 décembre 496 après que Clotilde l'eut prié de l'évangéliser.

D'innombrables représentations du baptême nous ont familiarisés avec cette scène. Le roi demande à être baptisé le premier ; il descend seul les marches du baptistère et entre dans l'eau jusqu'aux genoux (ou jusqu'à la ceinture ?). La Sereine, quelques familiers, des clercs, des prêtres et l'évêque l'entourent. Rémi « l'interpelle d'une voix éloquente en ces termes : "Courbe doucement la tête, ô Sicambre, adore ce que tu as brûlé, brûle ce que tu as adoré." Puis le roi est oint du saint chrême. Trois mille guerriers francs sont ensuite baptisés avec la soeur de Clovis, Alboflède ».
Avec cette courte journée de décembre s'achève la première partie de l'histoire des Francs. Si le consensus de Clovis et des Saliens préfigure « l'union divine » du roi de France et de son peuple, de même le baptême annonce les sacres royaux et se confond avec lui dans la mémoire populaire. Car la première conversion d'un roi barbare au catholicisme fait de lui le pendant de l'empereur d'Orient.

Conseiller spirituel
Telle a été la force et l'habileté de Rémi : n'avoir jamais outrepassé son rôle de conseiller spirituel. Clovis se fixe quelque temps à Soissons et l'évêque de Reims reste son familier. Si l'on en croit Flodoard, le roi dote l'évêché « de tout le terrain que Rémi parcourerait pendant que le roi ferait sa méridienne ».
Mais ce n'est pas un évêque de cour. Il reçoit du pape le pouvoir de fonder des évêchés, aussi réorganise-t-il le découpage diocésain au fur et à mesure de l'extension du christianisme. Ainsi des évêques sont-ils investis à Laon, Arras, Noyon et Cambrai ; il relève les évêchés de Cologne et de Thérouanne. Son prestige ou sa personne attire des évangélisateurs, saint Vaast, saint Eleuthère, saint Médard et son frère Principe. Peu à peu se constitue un réseau chrétien au berceau du royaume franc.
La tradition fait aussi de Rémi un pourfendeur de l'arianisme : il aurait envoyé des missions chez les Burgondes et les Morins ariens, et aurait utilisé contre eux les ressources de sa rhétorique. Curieusement, la place de saint Rémi est aussi importante dans l'Église de France qu'inexistante dans l'histoire de la pensée chrétiennes Son souvenir est d'abord celui d'un missionnaire et d'un organisateur.

La mort de saint Rémi. Chef de file des évêques de la Gaule, son autorité religieuse masque trop souvent le brillant politique qu'il fut aussi.

Il ne figure pas au Concile d'Orléans tenu en 511 et destiné à définir les pouvoirs de l'Église et du roi. Clovis meurt quelques mois après à Paris, et Rémi accomplit sa soixante quinzième année. Il doit rappeler à l'ordre l'évêque de Tongres qui a annexé une paroisse du diocèse de Reims. L'année suivante son autorité est encore contestée ; les évêques de Sens, d'Auxerre et de Paris lui reprochent d'avoir ordonné un prêtre accusé de sacrilège. Sa réponse est remarquable « Nous n'avons pas reçu mission de nous livrer à l'emportement, mais d'avoir souci des hommes. Nous sommes des ministres de la miséricorde plus que de la colère. » Il intercède infatigablement auprès des autorités pour l'élargissement de condamnés mais interdit à ses prêtres d'accepter des dons de prisonniers ou de leurs familles.
Le temps passe, Rémi vieillit et se tait. Il assiste impuissant au découpage du royaume de Clovis : le temps des loups est arrivé. Le vieil évêque subit avec patience « les traverses et incommodités » de son grand âge : perclus de rhumatismes, « il ne pouvait plus se tenir ni couché ni assis ». Il perd la vue : Dieu lui accorde cependant de la recouvrer la veille de sa mort, le temps d'écrire son testament.
Rémi de Reims aurait rejoint son Seigneur le 13 janvier 529. « On embauma son corps avec le plus grand soin ; puis on l'enroula dans quatre suaires de soie rouge et de lin, tandis qu'un voile distinct recouvrait sa tête légèrement inclinée dans son cercueil. » Le cortège funèbre se forme, on l'emmène hors de la ville. En passant devant une pauvre chapelle dédiée à saint Christophe, le cercueil devient subitement si lourd que les porteurs le déposent et ne peuvent aller plus loin : Rémi aurait ainsi choisi le lieu de son sépulcre.
La pauvre chapelle est bientôt lieu de pèlerinage. Dès 587, on la désigne comme la basilique Saint-Rémi.
L'église et son tombeau s'enrichissent peu à peu. En 813, la vénération populaire et ecclésiale doit être considérable, puisque le Concile fixe, cette année-là, la Saint-Rémi au nombre des fêtes d'obligations. En 852, l'évêque de Reims, Hincmar, rouvre le tombeau et opère la translation du corps dans une châsse d'argent. Il écrit, à la même époque, une Vie légendaire de Rémi.

La consécration de saint Rémi
Hincmar place dans son récit le trop fameux miracle de la sainte ampoule, cette fiole contenant le chrême destiné au baptême de Clovis, et apportée du Ciel par une colombe au moment de l'onction. Quelle que soit la valeur historique de la sainte ampoule, elle devient le symbole et l'instrument de la continuité de la royauté française. Le souvenir de Rémi et de la Noël 496 sont implicitement évoqués lorsqu'à chaque sacre, l'évêque de Reims ouvre solennellement la précieuse fiole et extrait à l'aide d'une aiguille d'or quelques particules de l'huile séchée pour la mêler au chrême sacramentel. Le récit d'Hincmar a ainsi donné au culte de son prédécesseur une dimension sans précédent.
La richesse du tombeau de saint Rémi en fait un des trésors du royaume. Tous les rois de France venus à Reims pour leur sacre s'y recueillent : François ler lui offre une bague qu'il avait laissée tomber en visitant le sanctuaire, Henri II une agate sertie de pierreries. De grandes processions lui sont organisées à travers Reims lorsque menacent guerres ou famines. Ces solennités sont partagées par tous les évêques protecteurs de cités ; seul Rémi est invoqué avec pompe lorsqu'il faut demander à Dieu la naissance d'un nouveau dauphin.

La châsse de saint Rémi telle qu'on peut la voir dans l'abbaye Saint-Rémi à Reims. Les reliques y furent ramenées en 1049 en présence du pape Léon IX.



La Révolution porte à son culte un coup définitif. Car il semble qu'au sein de ces grandeurs monarchiques et ecclésiastiques, la mémoire populaire se soit affaiblie. Ce thaumaturge n'est pas un saint guérisseur, un protecteur de sources et de rivières. Cet évêque de grande ville, acteur politique et conseiller des grands était-il condamné d'avance à disparaitre du folklore ? Son culte s'est surtout répandu et conservé dans le diocèse de Reims - qui comporte encore 89 paroisses dédiées à saint Rémi. La fête de la translation, le ler octobre, y est toujours le prétexte de fêtes communales où des cantiques à la gloire de Rémi y sont chantés.
La mémoire rémoise fera-t-elle honte à notre étourderie nationale ? Quelques années seulement nous séparent du 15e Centenaire du baptême de Clovis. Plus que des légendes obscures, rattachons-y l'image, semble-t-il contradictoire, d'un saint politique. Si Rémi de Reims n'a pas eu d'intuition réellement nationale, sachons-lui gré d'avoir concilié les deux ferments (romain et barbare) qui devait la rendre un jour possible.


Isabelle D'Unienville
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alsbo

avatar

Nombre de messages : 142
Localisation : Clermont en Champagne
Ordre : Congrégation de la Sainte Croisade
Office : Pair du Royaume
Date d'inscription : 28/04/2005

MessageSujet: Re: Basilique Saint Rémi de Reims   Lun 2 Mai - 19:24

Citation :

La vie de saint Rémy a été écrite par Hincmar, archevêque de Reims.

La naissance de ce glorieux docteur et confesseur de la foi a été prophétisée par un ermite, dans les circonstances que voici. Au moment où la persécution des Vandales désolait toute la France, un saint ermite, qui était aveugle, priait avec ardeur pour la paix de l'Église des Gaules. Or un ange lui apparut et lui dit : "Sache que la femme qui s'appelle Ciline mettra an monde un fils du nom de Rémy, qui délivrera son peuple des attaques des méchants!" Aussi l'ermite, dès qu'il s'éveilla, se fit-il conduire à la maison de Ciline et lui raconta sa vision. Et comme la dame refusait d'y croire, car elle était déjà vieille, et avait renoncé à l'espoir d'enfanter, - l'ermite lui dit : "Sache que, lorsque ton entant aura pris le sein, tu n'auras qu'à me frotter les yeux de ton lait pour qu'aussitôt je recouvre la vue !" Et tout arriva, en effet, de cette façon. Dès sa jeunesse, Rémy évita le monde et entra dans un couvent. Mais à vingt-deux ans sa renommée, sans cesse croissante, lui valut d'être choisi par tout le peuple pour l'archevêché de Reims. Et c'était un homme d'une telle douceur que, quand il mangeait, les moineaux venaient sur sa table, et qu'il les nourrissait dans le creux de sa main. Ayant été un jour reçu dans la maison d'une dame, et apprenant que celle-ci n'avait plus de vin, saint Rémy entra dans sa cave, fit un signe de croix sur le tonneau; et voici que le vin en jaillit en telle abondance que toute la cave s'en trouva inondée. Le roi de France Clovis était alors païen, et sa pieuse femme ne parvenait pas à le convertir. Mais un jour, se voyant menacé par l'immense armée des Allemands, il fit vœu au Dieu qu'adorait sa femme de se convertir à lui, s'il lui accordait la victoire sur ses ennemis. Et Dieu lui accorda la victoire, de sorte qu'il se rendit auprès de saint Rémy et demanda à être baptisé. Mais, en arrivant aux fonds baptismaux, l'évêque et le roi s'aperçurent que le saint chrême manquait; et voici qu'une colombe, fondant les airs, apporta dans son bec une ampoule pleine de saint chrême, dont le prélat oignit le roi. Et cette ampoule se conserve dans l'église de Reims, où elle sert, aujourd'hui encore, au sacre des rois de France. Longtemps après, Génébald, homme sage et pieux qui avait épousé la nièce de saint Rémy, mais s'était séparée d'elle, d'un commun accord, par scrupule de piété, fut ordonné évêque de Laon par saint Rémy. Mais comme ce Génébald avait permis à sa femme de venir s'instruire auprès de lui, ces fréquents entretiens allumèrent le désir dans son âme, et le firent tomber dans le péché. Et la femme, ayant mis au monde un fils, manda cette nouvelle à l'évêque, qui, rempli de honte, lui dit : "Puisque cet enfant est le résultat d'un larcin, je veux qu'il s'appelle Larron !" Mais plus tard, il permit de nouveau à sa femme de venir s'instruire auprès de lui, et de nouveau il finit par se précipiter dans le péché. Et comme, cette fois, sa femme mit au monde une fille, il dit : "Je veux que cette fille s'appelle Renarde !" Puis, rentrant en lui-même, il alla se jeter aux pieds de saint Rémy, et lui pria de lui ôter du coup l'étole épiscopale. Mais saint Rémy s'y refusa; et après l'avoir doucement consolé, il l'enferma pendant sept ans dans une cellule, et, durant cet intervalle, gouverna lui-même son diocèse. Or, la septième année, comme Génébald célébrait sa messe, un ange lui apparut, qui lui annonça que son péché lui était remis, et lui ordonna de quitter sa cellule. Alors Génébald répondit : "Je ne le puis pas, car mon maître Rémy a fermé cette porte et l'a scellée de son sceau." L'ange lui dit alors : "Afin que tu saches que le ciel s'est rouvert, cette porte va s'ouvrir sans que le sceau soit brisé !" Et aussitôt la porte s'ouvrit. Mais alors Génébald, se jetant en croix sur le sol, dit : "Si même le Seigneur Jésus venait me mettre en liberté, je ne sortirais pas d'ici sans y être autorisé par mon chef Rémy, qui m'a enfermé !" Alors saint Rémy, mandé par l'ange, vint à Laon, et replaça Génébald sur son siège épiscopal ; et Génébald persévéra dans la piété jusqu'à sa mort, et Larron, son fils, lui succéda sur son siège, et mérita même d'être canonisé. Enfin saint Rémy s'endormit en paix, vers l'an 500. Le jour de sa fête est aussi celui où se célèbre la naissance de saint Hilaire, évêque de Poitiers.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marcus

avatar

Nombre de messages : 379
Localisation : Vatican - Clermont
Ordre : Vatican
Office : Envoyé du Cardinal d'Ostie - Recteur
Date d'inscription : 11/04/2005

MessageSujet: Re: Basilique Saint Rémi de Reims   Mar 3 Mai - 16:14

Beau travail mon fils, une messe sera dite en votre honneur en tant que bienfaiteur de notre diocèse.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alsbo

avatar

Nombre de messages : 142
Localisation : Clermont en Champagne
Ordre : Congrégation de la Sainte Croisade
Office : Pair du Royaume
Date d'inscription : 28/04/2005

MessageSujet: Re: Basilique Saint Rémi de Reims   Mar 18 Oct - 15:24

Pourrait-on mettre ce sujet en post-it?

edit par Moile de Suzémont : fait ange
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
fredstleu

avatar

Nombre de messages : 274
Localisation : argonne
Ordre : cistercien
Office : recteur de l'ordre cistercien
Date d'inscription : 20/08/2005

MessageSujet: Re: Basilique Saint Rémi de Reims   Dim 30 Oct - 17:40

PREMIERE MESSE EPICOPALE ET FETE DU CHRIST ROI

Cette messe nous montre qu'en s'immolant sur la croix, l'Agneau de Dieu a réuni toutes les nations, que le péché avait séparées, en un seul Royaume, une seule Famille, un seul Corps.






J'irai vers l'autel du Seigneur, près du Dieu de ma joie.

Prions le Seigneur,

Dieu éternel et tout-puissant, vous avez voulu restaurer toute la création en votre Fils bien-aimé, Roi de l'Univers.
Daignez accorder à la famille de toutes les nations, divisée à cause le la blessure du péché, la grace de se soumettre à son pouvoir très doux.

KYRIE ELEISON
CHRISTE ELEISON
KYRIE ELEISON


Evangile de Jésus-Christ selon saint Matthieu 23,1-12.

Citation :
Alors Jésus déclara à la foule et à ses disciples :
« Les scribes et les pharisiens enseignent dans la chaire de Moïse.
Pratiquez donc et observez tout ce qu'ils peuvent vous dire. Mais n'agissez pas d'après leurs actes, car ils disent et ne font pas.
Ils lient de pesants fardeaux et en chargent les épaules des gens ; mais eux-mêmes ne veulent pas les remuer du doigt.
Ils agissent toujours pour être remarqués des hommes : ils portent sur eux des phylactères très larges et des franges très longues ;
ils aiment les places d'honneur dans les repas, les premiers rangs dans les synagogues,
les salutations sur les places publiques, ils aiment recevoir des gens le titre de Rabbi.
Pour vous, ne vous faites pas donner le titre de Rabbi, car vous n'avez qu'un seul enseignant, et vous êtes tous frères.
Ne donnez à personne sur terre le nom de père, car vous n'avez qu'un seul Père, celui qui est aux cieux.
Ne vous faites pas non plus appeler maîtres, car vous n'avez qu'un seul maître, le Christ.
Le plus grand parmi vous sera votre serviteur.
Qui s'élèvera sera abaissé, qui s'abaissera sera élevé.



Mes frères et soeurs,

Je vous remercie d'etre venu si nombreux pour ma première messe en la cathedrale de Reims.
En effet la Curie m'a fait l'honneur de prendre la charge du diocese de Champagne.
Cette terre que nous aimons tous et qui malgé les derniers évenements est un exemple pour notre Royaume.
Je vous demande de faire une minute de silence en l'honneur des soldats tombés durant la bataille de Compiegne ainsi que pour notre Duc bien aimé Caedes.............
Notre diocese manque cruellement de pretres et de diacres, sachez que ces postes sont ouverts au personnes des deux sexes,
je me tiens à votre disposition par mp ou sur ce forum pour tous renseignements.
Sachez qu l'Eglise est en cours de codage ce qui permettra aux gens qui se seront destinés à avoir un rp religieux d'avoir dans les RR un role beaucoup plus important.
D'autres part j'invite tous les fidèles de bien vouloir s'inscrire sur les archives en tant que tels : http://www.dispositif.net/divers/rr/

Prions ensemble, au moment d'offrir le sacrifice de toute ton Eglise.
Pour la gloire de dieu et le salut du monde

Souviens-toi, Seigneur, de ton Eglise répandue à travers le monde :
Fais-la grandir dans ta charité avec le Pape Nicolas, l'ensemble des eveques, les pretres, les diacres et tous ceux qui ont la charge de ton peuple et de ton Eglise
Amen





Comme nous l'avons appris du sauveur et selon son commandement nous osons dire :

Pater noster, qui es in caelis
sanctificetur nomen tuum
adveniat regnum tuum
fiat voluntas tua
sicut in caelo et in terra.


Panem nostrum quotidianum
da nobis hodie
et dimitte nobis debita nostra
sicut et nos dimittimus
debitoribus nostris
et ne nos inducas in tentationem
sed libera nos a malo.


Amen.




Fredstleu donna lui meme la communion à tous les fidèles, parmi eux on pouvait voir la duchesse Tsarine et sa famille ainsi que les membres du conseil de Champagne en grande tenue et les maires des différentes paroisses du dioscèses ainsi qu les religieux du diocèse.



Maintenant , frères et soeurs, je vous demande de vous agenouiller afin de recevoir ma première bénédiciton episcopale.

Precibus, et meritis beatæ Mariæ semper Virginis, beati Michaelis Archangeli, beati Joannis Baptistæ, sanctorum Apostolorum Petri et Pauli, et omnium Sanctorum, misereatur vestri omnipotens Deus, et, dimissis peccatis vestris, perducat vos ad vitam æternam. R/. Amen

Et benedictio Dei omnipotentis, Pa+tris, et Fi+lii, et Spiritus + sancti, descendat super vos, et maneat semper. R/. Amen.


[i]


Frestleu se dirigea en procession jusqu'au porche de la Cathedrale afin de saluer tous les fidèles. Les cloches se mirent à sonner à pleine volée, et ensuite les invités se dirigèrent vers le Palais episcopal de Tau ou y etait organisé un splendide festin.

[url][/url]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
fredstleu

avatar

Nombre de messages : 274
Localisation : argonne
Ordre : cistercien
Office : recteur de l'ordre cistercien
Date d'inscription : 20/08/2005

MessageSujet: Re: Basilique Saint Rémi de Reims   Mar 1 Nov - 4:21

MESSE DE LA TOUSSAINT

La fete de la Toussaint remonte au VIIe siècle.
Boniface IV transforma le Pantheon romain en santuaire chrétien ; et, le 13 mai 610, le consacra à la mère de Dieu et à tous les saints martyrs.
Dès lors une "fete de tous les martyrs" se célébra le 13 mai ; elle fut transférée au 1er novembre sous le Pape Grégoire IV, et étendue à tous les saints.
Ainsi placé à la fin de l'année liturgique, cette fete nous rappelle le second avènement du Seigneur, et l'instauration de son Royaume glorieux.



In nomine Patris, et Filii, et Spritius Sancti.
Amen


Prions le Seigneur,
Citation :
Dieu éternel et tout puissant, vous nous permettez de célébrer aujourd'hui en une seule fete les mérites de tous vos Saints.
Puisque le nombre de nos avocats se trouve ainsi multiplié, accordez-nous généreusement le pardon tant désiré.

KYRIE ELEISON
CHRISTE ELEISON
KYRIE ELEISON

Evangile de Jésus-Christ selon saint Matthieu 5,1

Citation :
Quand Jésus vit la foule, il gravit la montagne. Il s'assit, et ses disciples s'approchèrent.
Alors, ouvrant la bouche, il se mit à les instruire. Il disait :
« Heureux les pauvres de coeur :le Royaume des cieux est à eux !
Heureux les doux : ils obtiendront la terre promise !
Heureux ceux qui pleurent :ils seront consolés !
Heureux ceux qui ont faim et soif de la justice :ils seront rassasiés !
Heureux les miséricordieux :ils obtiendront miséricorde !
Heureux les coeurs purs :ils verront Dieu !
Heureux les artisans de paix :ils seront appelés fils de Dieu !
Heureux ceux qui sont persécutés pour la justice :le Royaume des cieux est à eux !
Heureux serez-vous si l'on vous insulte, si l'on vous persécute et si l'on dit faussement toute sorte de mal contre vous, à cause de moi.
Réjouissez-vous, soyez dans l'allégresse, car votre récompense sera grande dans les cieux ! C'est ainsi qu'on a persécuté les prophètes qui vous ont précédés.

Mes frères et soeurs,

Tout d'abord bonne fete à tous !!!
Quel beau textes que celui des béatitudes. Le Seigneur nous y apprend que le bonheur ne consiste pas tant à savoir quelque chose sur Dieu, mai à posseder Dieu en soi. Toutes ces promesses vont se réaliser dans son Royaume dès cette terre, mais surtout aux cieux.
Je vous demande bien vouloir vous incrire tous sur les
archives de l'Eglise.

Prions ensemble, au moment d'offrir le sacrifice de toute ton Eglise.
Pour la gloire de dieu et le salut du monde

Souviens-toi, Seigneur, de ton Eglise répandue à travers le monde :
Fais-la grandir dans ta charité avec le Pape Nicolas, l'ensemble des eveques, les pretres, les diacres et tous ceux qui ont la charge de ton peuple et de ton Eglise
Amen



Comme nous l'avons appris du sauveur et selon son commandement nous osons dire :

Pater noster, qui es in caelis
sanctificetur nomen tuum
adveniat regnum tuum
fiat voluntas tua
sicut in caelo et in terra.


Panem nostrum quotidianum
da nobis hodie
et dimitte nobis debita nostra
sicut et nos dimittimus
debitoribus nostris
et ne nos inducas in tentationem
sed libera nos a malo.


Amen.




Precibus, et meritis beatæ Mariæ semper Virginis, beati Michaelis Archangeli, beati Joannis Baptistæ, sanctorum Apostolorum Petri et Pauli, et omnium Sanctorum, misereatur vestri omnipotens Deus, et, dimissis peccatis vestris, perducat vos ad vitam æternam. R/. Amen

Et benedictio Dei omnipotentis, Pa+tris, et Fi+lii, et Spiritus + sancti, descendat super vos, et maneat semper. R/. Amen.




Ite missa est
Deo gratias.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
fredstleu

avatar

Nombre de messages : 274
Localisation : argonne
Ordre : cistercien
Office : recteur de l'ordre cistercien
Date d'inscription : 20/08/2005

MessageSujet: Re: Basilique Saint Rémi de Reims   Jeu 3 Nov - 0:14

MESSE POUR TOUS LES FIDELES DEFUNTS.

Depuis le XIe siecle,le lendemain de la Toussaint est consacré à la prière pour les défunts. La liturgie nous invite à penser à l'Eglise souffrante, aux ames qui ont besoin de nor prières et de nos sacrifices.
Ce n'est pas un jour de tristesse, ni de deuil, c'est un jour d'ardente supplication pour que Dieu délivre nos défunts du purgatoire ou s'achève leur purification, et pour qu'il les admette dans son Royaume.





In nomine Patris, et Filii, et Spiritus Sancti.
Amen.


Citation :
Requiem aeternam dona eis Domine: et lux pertua lluceat eis.

Prions le Seigneur,

Seigneur, par qui tous les chretiens ont été créés et rachetés, accordez aux ames de vos serviteurs et de vos servantes la rémission de tous leurs péchés.
Que nos prières ferventes leur obtiennent le pardion qu'ils n'ont jamais cessé de désirer.
Amen

KYRIE ELEISON
CHRISTE ELEISON
KYRIE ELEISON


Evangile de Jésus-Christ selon saint Matthieu 25,31-46

Citation :
« Quand le Fils de l'homme viendra dans sa gloire, et tous les anges avec lui, alors il siégera sur son trône de gloire.
Toutes les nations seront rassemblées devant lui ; il séparera les hommes les uns des autres, comme le berger sépare les brebis des chèvres :
il placera les brebis à sa droite, et les chèvres à sa gauche.
Alors le Roi dira à ceux qui seront à sa droite : 'Venez, les bénis de mon Père, recevez en héritage le Royaume préparé pour vous depuis la création du monde.
Car j'avais faim, et vous m'avez donné à manger ; j'avais soif, et vous m'avez donné à boire ; j'étais un étranger, et vous m'avez accueilli ;
j'étais nu, et vous m'avez habillé ; j'étais malade, et vous m'avez visité ; j'étais en prison, et vous êtes venus jusqu'à moi !'
Alors les justes lui répondront : 'Seigneur, quand est-ce que nous t'avons vu...? tu avais donc faim, et nous t'avons nourri ? tu avais soif, et nous t'avons donné à boire ?
tu étais un étranger, et nous t'avons accueilli ? tu étais nu, et nous t'avons habillé ?
tu étais malade ou en prison... Quand sommes-nous venus jusqu'à toi ?'
Et le Roi leur répondra : 'Amen, je vous le dis : chaque fois que vous l'avez fait à l'un de ces petits qui sont mes frères, c'est à moi que vous l'avez fait.'
Alors il dira à ceux qui seront à sa gauche : 'Allez-vous-en loin de moi, maudits, dans le feu éternel préparé pour le démon et ses anges.
Car j'avais faim, et vous ne m'avez pas donné à manger ; j'avais soif, et vous ne m'avez pas donné à boire ;
j'étais un étranger, et vous ne m'avez pas accueilli ; j'étais nu, et vous ne m'avez pas habillé ; j'étais malade et en prison, et vous ne m'avez pas visité.'
Alors ils répondront, eux aussi : 'Seigneur, quand est-ce que nous t'avons vu avoir faim et soif, être nu, étranger, malade ou en prison, sans nous mettre à ton service ?'
Il leur répondra : 'Amen, je vous le dis : chaque fois que vous ne l'avez pas fait à l'un de ces petits, à moi non plus vous ne l'avez pas fait.'
Et ils s'en iront, ceux-ci au châtiment éternel, et les justes, à la vie éternel.

Mes frère et soeurs,

En nous invitant aujourd’hui à prier pour nos frères défunts, l’Eglise nous appelle aussi à lever notre regard au-delà de la réalité douloureuse de la mort vers les réalités d’en haut, à nous laisser renouveler dans l’espérance de ressusciter un jour dans le Christ pour vivre de la vie même de Dieu.

Prions ensemble, au moment d'offrir le sacrifice de toute ton Eglise.
Pour la gloire de dieu et le salut du monde

Souviens-toi, Seigneur, de ton Eglise répandue à travers le monde :
Fais-la grandir dans ta charité avec le Pape Nicolas, l'ensemble des eveques, les pretres, les diacres et tous ceux qui ont la charge de ton peuple et de ton Eglise
Amen




Comme nous l'avons appris du sauveur et selon son commandement nous osons dire :

Pater noster, qui es in caelis
sanctificetur nomen tuum
adveniat regnum tuum
fiat voluntas tua
sicut in caelo et in terra.
Panem nostrum quotidianum
da nobis hodie
et dimitte nobis debita nostra
sicut et nos dimittimus
debitoribus nostris
et ne nos inducas in tentationem
sed libera nos a malo.
Amen.




Precibus, et meritis beatæ Mariæ semper Virginis, beati Michaelis Archangeli, beati Joannis Baptistæ, sanctorum Apostolorum Petri et Pauli, et omnium Sanctorum, misereatur vestri omnipotens Deus, et, dimissis peccatis vestris, perducat vos ad vitam æternam. R/. Amen

Et benedictio Dei omnipotentis, Pa+tris, et Fi+lii, et Spiritus + sancti, descendat super vos, et maneat semper. R/. Amen.

Ite missa est
Deo gratias.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
fredstleu

avatar

Nombre de messages : 274
Localisation : argonne
Ordre : cistercien
Office : recteur de l'ordre cistercien
Date d'inscription : 20/08/2005

MessageSujet: Re: Basilique Saint Rémi de Reims   Dim 6 Nov - 23:17

FETE DES SAINTES RELIQUES DU DIOCESE

In nomine Patris, et Filii, et Spiritus Sancti.
Amen.


"J'irai vers l'autel du Seigneur, près du Dieu de ma joie."


Prions le Seigneur,

Citation :
Seigneur, qui opérez des miracles par les reliques de vos Saints, augmentez en nous la foi en la résurrection, et faites que nous ayons part un jour à la gloire immortelle que nous garantissent les reliques que nous vénérons.
Amen.

KYRIE ELEISON
CHRISTE ELEISON
KYRIE ELEISON.



Evangile de Jésus-Christ selon saint Matthieu 25,1-13.

Citation :
« Alors, le Royaume des cieux sera comparable à dix jeunes filles invitées à des noces, qui prirent leur lampe et s'en allèrent à la rencontre de l'époux.
Cinq d'entre elles étaient insensées, et cinq étaient prévoyantes :
les insensées avaient pris leur lampe sans emporter d'huile,
tandis que les prévoyantes avaient pris, avec leur lampe, de l'huile en réserve.
Comme l'époux tardait, elles s'assoupirent toutes et s'endormirent.
Au milieu de la nuit, un cri se fit entendre : 'Voici l'époux ! Sortez à sa rencontre.'
Alors toutes ces jeunes filles se réveillèrent et préparèrent leur lampe.
Les insensées demandèrent aux prévoyantes : 'Donnez-nous de votre huile, car nos lampes s'éteignent.'
Les prévoyantes leur répondirent : 'Jamais cela ne suffira pour nous et pour vous ; allez plutôt vous en procurer chez les marchands.'
Pendant qu'elles allaient en acheter, l'époux arriva. Celles qui étaient prêtes entrèrent avec lui dans la salle des noces et l'on ferma la porte.
Plus tard, les autres jeunes filles arrivent à leur tour et disent : 'Seigneur, Seigneur, ouvre-nous !'
Il leur répondit : 'Amen, je vous le dis : je ne vous connais pas.'
Veillez donc, car vous ne savez ni le jour ni l'heure.


Mes frères et soeurs,

Cet appel à la vigilance intérieure est un appel au don total de soi, un don que seul l’Esprit du Christ peut réaliser en nous en nous unissant au don que notre Seigneur fait maintenant de lui-même.

Prions ensemble, au moment d'offrir le sacrifice de toute ton Eglise.
Pour la gloire de dieu et le salut du monde

Souviens-toi, Seigneur, de ton Eglise répandue à travers le monde :
Fais-la grandir dans ta charité avec le Pape Nicolas, l'ensemble des eveques, les pretres, les diacres et tous ceux qui ont la charge de ton peuple et de ton Eglise
Amen





Comme nous l'avons appris du sauveur et selon son commandement nous osons dire :

Pater noster, qui es in caelis
sanctificetur nomen tuum
adveniat regnum tuum
fiat voluntas tua
sicut in caelo et in terra.
Panem nostrum quotidianum
da nobis hodie
et dimitte nobis debita nostra
sicut et nos dimittimus
debitoribus nostris
et ne nos inducas in tentationem
sed libera nos a malo.
Amen






Precibus, et meritis beatæ Mariæ semper Virginis, beati Michaelis Archangeli, beati Joannis Baptistæ, sanctorum Apostolorum Petri et Pauli, et omnium Sanctorum, misereatur vestri omnipotens Deus, et, dimissis peccatis vestris, perducat vos ad vitam æternam. R/. Amen

Et benedictio Dei omnipotentis, Pa+tris, et Fi+lii, et Spiritus + sancti, descendat super vos, et maneat semper. R/. Amen.

Ite missa est
Deo gratias.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
fredstleu

avatar

Nombre de messages : 274
Localisation : argonne
Ordre : cistercien
Office : recteur de l'ordre cistercien
Date d'inscription : 20/08/2005

MessageSujet: Re: Basilique Saint Rémi de Reims   Dim 27 Nov - 6:50

MESSE VOTIVE POUR LA PAIX

La paix qu'obtiendront nos prières sera l'image de cette paix éternelle à laquelle nous parviendrons un jour, comme les pélerins de Jérusalem.

Fredstleu etait fier et heureux de pouvoir célébrer un office dans ce noble Comte







In nomine Patris et Filii, et Spiritus Sancti.
Amen

J'irai vers l'autel du Seigneur, près du Dieu de ma joie.

Prions le Seigneur,
Citation :
Dieu, qui nous faites désirer ce qui est saint, choisir ce qui est juste et accomplir ce qui est bon, accordez à vos serviteurs cette paix que le monde est incapable de nous procurer, afin que nos coeurs s'attachent à vos commandements, et que notre époque, libérée de la crainte de la guerre, connaisse la tranquilité sous votre protection.

KYRIE ELEISON
CHRISTE ELEISON
KYRIE ELEISON


Evangile de Jésus-Christ selon saint Marc 13,33-37.


Citation :
Prenez garde, veillez : car vous ne savez pas quand viendra le moment.
Il en est comme d'un homme parti en voyage : en quittant sa maison, il a donné tout pouvoir à ses serviteurs, fixé à chacun son travail, et recommandé au portier de veiller.
Veillez donc, car vous ne savez pas quand le maître de la maison reviendra, le soir ou à minuit, au chant du coq ou le matin.
Il peut arriver à l'improviste et vous trouver endormis.
Ce que je vous dis là, je le dis à tous : Veillez ! »



Mes frères et soeur,

Pourquoi suis je la ??

En fait c'est une idee commune avec votre eveque qui celebrera la messe à Reims.

Nous avons décidé de montrer que l'Eglise ne veut en aucune facon revenir aux actes passés. La Champagne et l'Artois doivent etre l'exemple de la fraternité et nous devons montrer notre volonté à éviter toute sortes de conflits

L'evangile du jour nous invite à veiller, alor veillons à LA PAIX et essayons de vivre en frère. Un conflit ne nous menera qu'a la misère et à la tristesse.

Je demande instamment à vous Artesiens de bien vouloir nous appuyer et de manifester votre désir de tranquilite.

DIEU EST AMOUR.

Prions ensemble, au moment d'offrir le sacrifice de toute ton Eglise.
Pour la gloire de dieu et le salut du monde

Souviens-toi, Seigneur, de ton Eglise répandue à travers le monde :
Fais-la grandir dans ta charité avec le Pape Nicolas, l'ensemble des eveques, les pretres, les diacres et tous ceux qui ont la charge de ton peuple et de ton Eglise
Amen




[img]http://img148.imageshack.us/img148/6335/nouveuchajpg3sh.jpg[/img


Prions ensemble, au moment d'offrir le sacrifice de toute ton Eglise.
Pour la gloire de dieu et le salut du monde

Souviens-toi, Seigneur, de ton Eglise répandue à travers le monde :
Fais-la grandir dans ta charité avec le Pape Nicolas, l'ensemble des eveques, les pretres, les diacres et tous ceux qui ont la charge de ton peuple et de ton Eglise
Amen





Comme nous l'avons appris du sauveur et selon son commandement nous osons dire :

Pater noster, qui es in caelis
sanctificetur nomen tuum
adveniat regnum tuum
fiat voluntas tua
sicut in caelo et in terra.
Panem nostrum quotidianum
da nobis hodie
et dimitte nobis debita nostra
sicut et nos dimittimus
debitoribus nostris
et ne nos inducas in tentationem
sed libera nos a malo.
Amen.




Maintenant , frères et soeurs, je vous demande de vous agenouiller afin de recevoir ma bénédiciton episcopale et que le Saint Esprit inspire nos actes.

Precibus, et meritis beatæ Mariæ semper Virginis, beati Michaelis Archangeli, beati Joannis Baptistæ, sanctorum Apostolorum Petri et Pauli, et omnium Sanctorum, misereatur vestri omnipotens Deus, et, dimissis peccatis vestris, perducat vos ad vitam æternam. R/. Amen

Et benedictio Dei omnipotentis, Pa+tris, et Fi+lii, et Spiritus + sancti, descendat super vos, et maneat semper. R/. Amen




L'archeveque en signe de paix libera une colombe.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Basilique Saint Rémi de Reims   

Revenir en haut Aller en bas
 
Basilique Saint Rémi de Reims
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Annuaire Bourguignon
» Communications de l'Archevêché de Reims et de Rome
» [Régio] Saint Lô : 28 Mars
» Baronnie de Saint Vallier
» Histoire de La Quête du Saint Graal

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Les Grandes Archives Vaticanes :: La Chrétienté :: Les Salons :: Salon de Reims-
Sauter vers: