Anciens locaux de l'Eglise Aristotélicienne
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 V.A: Le désert et la basilique

Aller en bas 
AuteurMessage
Trufaldini
Cardinal
avatar

Nombre de messages : 520
Ordre : thomiste
Office : Congrégation du St Office
Date d'inscription : 22/11/2005

MessageSujet: V.A: Le désert et la basilique   Lun 17 Avr - 18:46

Chapitre 5,

Jésus marchait dans les dunes depuis plusieurs jours déjà, buvant l’eau de son outre et mangeant les sauterelles venues du sable, lorsque fatigué, l’envie lui prit de s’étendre de tout son long et de ne plus bouger. Il lui semblait qu’une force mystérieuse lui disait :

" Arrête toi, Jésus, fils de Joseph, car tu es fatigué. Si tu voulais, tu pourrais rebrousser chemin et rentrer chez toi sans t’épuiser. "

Jésus répondit, sans se mettre en colère : " Va t’en, mauvais esprit, qui veut me perdre dans la paresse, je continuerais car le monde appartient à ceux qui se lèvent tôt ! "

Et la tentation de se reposer se dissipa en cet instant.

Alors, comme Jésus jeûnait depuis des jours, il avait de plus en plus faim. Il sentait son ventre lui faire mal, et monter en lui l’envie d’ouvrir les dernières provisions qui lui restait dans son sac en peau de mouton. Une force mystérieuse semblait lui dire :

" Ouvre ton sac, Jésus, fils de Joseph, car tu as faim. Mange donc cette viande et ce pain qui t’attendent… tu pourra toujours te réserver les sauterelles pour plus tard. "

Jésus répondit, sans se mettre en colère : " Va t’en, esprit malin, qui veut me perdre dans la gourmandise. Je n’ouvrirais pas mon sac car le monde appartient à ceux qui savent endurer la faim. "

Alors, comme Jésus se trouvait au beau milieu du désert, il était fatigué, il avait faim et son corps lui faisait mal. Soudain, en fixant l’horizon devant lui, il eut l’impression de voir une oasis. C’était un petit lac entouré de buissons verts. L’oasis était encore loin mais des cris d’allégresse semblaient s’en échapper. Jésus reconnut bientôt des silhouettes féminines, nues, se baignant dans cette pièce d’eau. Une voie lui dit :

" Qu’attend tu, Jésus, fils de Joseph, pour les rejoindre ? Ne les entend tu pas ? ces belles femmes qui t’appellent ? Elles sont toutes à toi ! et belles, en plus, mazette ! "

Jésus répondit, sans se mettre en colère : " Va t’en, esprit du vice, qui veut me perdre dans la luxure. Je ne détournerais point ma route, car aussi vrai que je te le dis, cette oasis et ces femmes vont disparaître de ma vue. "

Et en effet, bientôt, l’image de l’oasis se dissipa, laissant à Jésus la vision d’un désert étendu jusqu’à l’horizon et irradié par le soleil.

Alors, comme Jésus continuait à marcher, sans regarder derrière, il vit soudain devant lui l’image d’une grande ville. Cette cité était magnifique, les tours et les murailles ne cachaient pas sa richesse et les maisons, ornées d’ors et de pierreries, semblaient briller de mille feux. Un dôme dépassait, qui devait être celui du palais du maire. Une voie dit à Jésus :

" Vois cette belle ville, et contemple sa richesse ! Si tu voulais, tu pourrais en devenir le maire, avec les talents que tu possède. Car en vérité, tu as été capable de jeûner durant toutes ces journées, ainsi que de résister à la fatigue et aux femmes ; ta force de caractère pourrait t’emmener très haut ! "

Alors Jésus lui répondit, sans se mettre en colère :
" Va t’en, Esprit malin, qui veut me perdre dans l’orgueil, l’envie et l’avarice. Je résisterais aussi à ces pêchés là, car il est petit, celui qui cède à ses pulsions. "

Aussitôt, la mauvaise pensée disparut, laissant Jésus aux portes du désert. Il avait traversé ce pays de tentations durant quarante jours.



Chapitre 6,

En ces temps là, l’Eglise Aristotélicienne était en crise. Les habitants du pays détournaient de plus en plus leurs regards de l’Eglise et vivaient dans un état de pêché permanent.

Tandis que les rares prêtres essayaient de rassembler les hommes de bonne volonté, beaucoup se vautraient dans le stupre et la fornication. Cette vie de plaisir venait s’ajouter à la crise d’identité des croyants, qui ne comprenaient plus le message d’Aristote et préféraient souvent l’individualisme à la communion et à la communication.

Beaucoup d’âmes égarées voulaient se tourner vers leur guide spirituel, le grand prêtre du pays, le chef de tout les prêtres, mais celui-ci leur opposait un silence total.
C’était un homme avare de mots, qui répondait à chaque questions, laconique ;
" N’ayez pas peur, ouvrez vos bras à Aristote. "

Jésus, après son épreuve dans le désert, était redescendu dans la civilisation, et prêchait la bonne nouvelle et le message d’Aristote sur les places des villages. Il disait :
" Repentez vous ! Confessez vous de vos pêchés, car le Très Haut n’aime pas voir le vice envahir la cité des Hommes. "

Plusieurs personnes écoutaient son discours. Deux d’entre eux, des pêcheurs, Simon et André, son frère, s’approchèrent de Jésus, et lui dirent :

" Maître, tes paroles sont si justes, enseigne nous le message d’Aristote ! "

Alors, Jésus leur répondit :

" Abandonnez vos biens, vos filets et suivez moi, je vous ferais pêcheurs d’hommes. Sachez le, je vous enseignerais la sagesse d’Aristote et le message de Dieu. "

Un peu plus loin, deux autres hommes, Jacques et Jean vinrent parler à Jésus :

" Maître, nous voudrions nous aussi parcourir les chemins avec toi pour découvrir les vrais valeurs de notre Eglise. "

Jésus les accepta et tous se mirent en route en direction de la grande basilique. Celle dans laquelle résidait le chef de tout les prêtres. L’homme dormait d’un sommeil profond devant une assemblée ébahie qui guettait le moindre mouvement de ses paupière ou de ses narines, attendant la cérémonie de son petit levé.

Jésus, accompagné de ses quatre compagnons, entra dans la salle et déclara :
" Toi, homme de peu de foi, qu’attend tu pour t’occuper des aspirations des croyants ? Que ne répond tu pas à leurs angoisse ? "
Jésus se tourna vers ses disciples, et dit :
" Sachez-le : Cette homme représente le vice infiltré en plein cœur du temple de Dieu. Il est à votre image, mes amis, qui dans vos cœurs de créatures de Dieu, connaissez aussi tous le péché.
Voyez vous, celui qui ne bouge pas le petit doigt, celui là ne mérite pas d’être roi.
Et toi, roi des croyants, que fait-tu ? ne vois-tu pas ton Eglise qui s’effondre ? N’entend-tu pas les cris des âmes, qui, hors de ton palais, s’époumonent à t’appeler à l’aide ? "

Réveillé par la voix de Jésus, le grand prêtre, avare de mots, mais qui ne les mâchait pas, se leva, et dit :

" Mais pour qui il se prend ce mec ? Non mais si t’es pas content tu te casse, mon grand ! Faudrait voir à pas commencer à trop me casser mes saintes burnes ! "

A ces mots, Jésus se retourna vers ses disciples, et leur dit :

" En vérité, je vous le dit ; il vaut mieux entendre ça que d’être sourd ! Cet homme tombe dans les excès dénoncés par Aristote, il reste silencieux la plupart du temps, et quand il se réveille, c’est pour trop parler ; il ne connaît pas la vertu de tempérance. "
____________________________________________________________


C'est évidemment un premier jet, comme pour tout ce que j'ai posté. J'attend vos suggestions pour améliorer.

Edit: Et puis, promis, j'arrête de faire des allusions douteuses.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pouyss

avatar

Nombre de messages : 627
Ordre : Franciscains
Date d'inscription : 03/04/2006

MessageSujet: Re: V.A: Le désert et la basilique   Lun 17 Avr - 19:10

Génial! J'adore votre humour! (sans parler de la petite allusion royale...)

Par contre, je me vois mal de prêcher ainsi: "Comme Jésus l'a répondu au chef de tous les prêtres qui lui disait de ne pas trop casser ses saintes burnes...". Mais c'est sympa à lire!

Seul petit bémol: je préférerais que vous appeliez le messie "Christos", comme le souhaite le cardinal FrèreNico.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Trufaldini
Cardinal
avatar

Nombre de messages : 520
Ordre : thomiste
Office : Congrégation du St Office
Date d'inscription : 22/11/2005

MessageSujet: Re: V.A: Le désert et la basilique   Lun 17 Avr - 19:26

Pour les Saintes burnes, c'est vrai! (remarquez pourquoi pas! ange )

Disons qu'il y a à prendre et à laisser.

Pour "Christos", je ne m'en remet pas. c'est ma plume qui fait des rejets lorsque j'écris ce mot.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pouyss

avatar

Nombre de messages : 627
Ordre : Franciscains
Date d'inscription : 03/04/2006

MessageSujet: Re: V.A: Le désert et la basilique   Lun 17 Avr - 19:36

J'ai mis du temps à m'y faire, moi aussi. Ne vous inquiétez donc pas!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: V.A: Le désert et la basilique   

Revenir en haut Aller en bas
 
V.A: Le désert et la basilique
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» nano:ztag : ça sert à quoi ?
» Les points sur le forum à quoi ça sert ?
» A quoi sert le comité des fêtes ?
» Et cette salle, elle sert à quoi ?
» Klir: le truc miracle qui sert à tout

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Les Grandes Archives Vaticanes :: Les saintes congrégations :: La congrégation du saint office :: Le scriptorium majorus :: La vita de jésus Christ-
Sauter vers: