Anciens locaux de l'Eglise Aristotélicienne
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Un excellent Psaume pour la messe en mémoire du Camerlingue

Aller en bas 
AuteurMessage
Arikel
Eveque
avatar

Nombre de messages : 170
Date d'inscription : 08/12/2005

MessageSujet: Un excellent Psaume pour la messe en mémoire du Camerlingue   Dim 14 Mai - 3:07

Il s'agit du psaume 58. Très adéquat pour mettre en garde l'impiété. Je l'ai remanié par endroit pour l'aristotéliser. Il complète fort bien ma messe de ce dimanche.



Psaume 58

Délivre-moi de mes ennemis, mon Dieu
De mes agresseurs , Protège-moi !
Délivre-moi des hommes criminels
des meurtriers, Sauve-moi !

Voici qu'on me prépare une embuscade
des puissants se jettent sur moi
Je n'ai commis ni faute, ni péché, ni le mal, Seigneur
pourtant ils accourent et s'installent

Réveille-Toi ! Viens à moi et Regarde !
Seigneur, Dieu de l'Univers, Dieu d'Aristote !
Lève-Toi et Punis tous ces païens
sans pitié pour tous ces traîtres de malheur !

Le soir ils reviennent
comme des chiens ils grondent et cernent la ville !
Les voici, l'écume à la bouche
l'épée aux lèvres: "Qui donc entendrait ?"

Mais Toi, Seigneur, Tu t'en amuses
Tu te ris de tous ces païens !

Auprès de Toi, ma forteresse, je veille
Oui, mon rempart c'est Dieu !
Le Dieu de mon amour vient à moi !
avec Lui je défie mes adversaires !

Ne les supprime pas , Seigneur
de peur que mon peuple n'oublie !
que Ta Puissance les terrasse et les disperse
Seigneur, notre bouclier !

Le soir, ils reviennent
comme des chiens, ils grondent et cernent la ville !

Ils pèchent dès qu'ils ouvrent la bouche
qu'ils soient pris à leur orgueil
puisqu'ils mentent et qu'ils maudissent !

Dans Ta colère, Détruis-les
Détruis-les, qu'ils disparaissent !
Alors, on saura que Dieu règne en Jacob
et sur l'étendue de la terre !

Le soir ils reviennent
comme des chiens ils grondent et cernent la ville !
Ils vont en quête d'une proie
affamés, hurlant dans la nuit !

Et moi je chanterai Ta force !
Au matin j'acclamerai Ton Amour !
Tu as été pour moi un rempart
un refuge au temps de ma détresse

Je Te fêterai, Toi ma forteresse !
Oui, mon rempart, c'est Dieu, le Dieu de mon amour !

Rendons gloire au Père Tout-Puissant
à ses messagers Jésus-Christ, et Aristote
à l'Esprit qui habite en nos coeurs
au Dieu qui Est , qui Étais et qui Vient
pour les siècles des siècles
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Grimberdine

avatar

Nombre de messages : 11
Localisation : chinon
Ordre : aucun
Office : aucun
Date d'inscription : 17/12/2005

MessageSujet: Re: Un excellent Psaume pour la messe en mémoire du Camerlingue   Lun 15 Mai - 21:06

je te l'empreinte pour ma première messe, je la remanie un peu à la mode Chinonaise; merci pour les liens Wink

EDIT: rhaaa, impossible de retrouver le nombre de coups de cloches à donner lors de la mort d'un cardinal... pourtant je l'ai vu sur le net...

bref, voiçi la version chinonaise:

Citation :
Les cloches de la Collégiale Sainte Mexme se mettent en branle, sonnant le glas à cette heure inhabituelle de la journée. Le nouveau curé de Chinon, Grimberdine, se dirige vers l’autel d’un aire grave… Que voici une triste cérémonie pour commencer sa carrière ! il se dirige vers l’autel et se signe pieusement. Les enfants de chœur se dirigent vers leurs places, un encensoir à la main, et les fidèles qui sont venu arrête de parler en ce moment sombre.

Grimberdine annonce alors :

Cet office est une messe à la Mémoire du Camerlingue Lescure, Introductive au Deuil décrété dans tout l'Aristotélisme à propos de sa mort tragique en Normandie.


Mes enfants, enfants du Seigneur,

Nous voici, tous rassemblés en ces temps de tourments pour prier pour notre Frère défunt, le Cardinal Lescure, grand Père de notre Eglise.
Nous sommes là ici pour prier pour notre Anjou chéri. Pour demander grâce au Tout puissant pour qu'il nous donne les armes afin de repousser le mal. Pour préserver nos âmes et nos corps.

Seigneur tout puissant, toi qui nous a envoyé tes messagers Aristote et Jésus Christo pour nous enseigner la sagesse, l'Amitié et l'Amour, guide-nous encore.


Lectures : Marc XVI, 1-8


Psaume 58

Délivre-moi de mes ennemis, mon Dieu
De mes agresseurs, Protège-moi !
Délivre-moi des hommes criminels
Des meurtriers, Sauve-moi !

Voici qu'on me prépare une embuscade
Des puissants se jettent sur moi
Je n'ai commis ni faute, ni péché, ni le mal, Seigneur
Pourtant ils accourent et s'installent

Réveille-toi ! Viens à moi et Regarde !
Seigneur, Dieu de l'Univers, Dieu d'Aristote !
Lève-toi et Punis tous ces païens
Sans pitié pour tous ces traîtres de malheur !

Le soir, ils reviennent
Comme des chiens, ils grondent et cernent la ville !
Les voici, l'écume à la bouche
L'épée aux lèvres: "Qui donc entendrait ?"

Mais Toi, Seigneur, Tu t'en amuses
Tu te ris de tous ces païens !

Auprès de Toi, ma forteresse, je veille
Oui, mon rempart c'est Dieu !
Le Dieu de mon amour vient à moi !
Avec Lui je défie mes adversaires !

Ne les supprime pas, Seigneur
De peur que mon peuple n'oublie !
Que Ta Puissance les terrasse et les disperse
Seigneur, notre bouclier !

Le soir, ils reviennent
Comme des chiens, ils grondent et cernent la ville !

Ils pèchent dès qu'ils ouvrent la bouche
Qu'ils soient pris à leur orgueil
Puisqu'ils mentent et qu'ils maudissent !

Dans Ta colère, Détruis-les
Détruis-les, qu'ils disparaissent !
Alors, on saura que Dieu règne en Jacob
Et sur l'étendue de la terre !

Le soir, ils reviennent
Comme des chiens, ils grondent et cernent la ville !
Ils vont en quête d'une proie
Affamés, hurlant dans la nuit !

Et moi je chanterai Ta force !
Au matin j'acclamerai Ton Amour !
Tu as été pour moi un rempart
Un refuge au temps de ma détresse

Je Te fêterai, Toi ma forteresse !
Oui, mon rempart, c'est Dieu, le Dieu de mon amour !

Rendons gloire au Père tout-puissant
À ses messagers Jésus-Christ, et Aristote
À l'Esprit, qui habite en nos coeurs
Au Dieu qui Est, qui Étais et qui Vient
Pour les siècles des siècles

AMEN !


Homélie


Chaque fois que nous apprenons la mort brutale, inattendue, de quelqu'un que nous avons connu, fréquenté, aimé, et respecté, naît en chacun de nous comme une protestation muette. Nous sommes amenés à marquer un temps d'arrêt dans nos vies. Et nous réfléchissons, à partir de ce drame qu'est la mort.
La question la plus normale c'est : "la vie, qu'est-ce que c'est ? Quel est son but ?" Nous nous sommes tous posés souvent cette question, n'est-ce pas ! La réponse est diverse selon les personnes et leur sensibilité propres. Dans un monde où chacun se trouve défini par ses avoirs et ses pouvoirs, la mort est surtout une source d'angoisse. Elle sonne la déroute de toute possession. C'est une épreuve terrible de dépouillement total pour celui qui a tout misé sur des assurances temporelles et humaines. Dans tous les cas, nous réalisons que la vie, est quelque chose d'essentiellement fragile.

Je crois qu'il nous faut reprendre contact avec les sources de notre être. Dépasser le culte de la possession, refuser ce monde d'âpre compétition et de conflit, pour retrouver les moyens d'une véritable communication avec autrui et en faire la valeur première, qui donne sens à notre existence. Vous avez émergé de l'existence avec quelque chose d'infini au fond du coeur : désir de vie, désir d'amour, désir d'éternité. N'éteignons pas en nous un tel sentiment. Il faut au contraire s'efforcer de le dégager.
Et Jésus Christo proclame : "Je suis venu pour qu'ils aient la vie, en abondance." S'adressant à son Père, il lui dit : "Ceux que tu m'as donnés, je veux que là où je suis, eux aussi soient avec moi... Alors l'amour dont tu m'as aimé sera en eux, et moi, je serai en eux."

Aimer la vie, c'est lui donner sens et valeur. C'est faire l'apprentissage de cette valeur essentielle qu'est l'amour. Mais aimer, ce n'est pas n'importe quoi ! L'apôtre Jean, qui écrit : "Nous sommes passés de la mort à la vie parce que nous aimons nos frères" s'empresse d'ajouter qu'il faut apprendre à aimer comme Jésus aime. À la lecture des Ecrits Saints, je vois, presque à chaque page, des hommes tels Aristote ou Jésus, pleins de délicatesse, faisant attention aux autres, ayant le souci des autres, fraternels, paternels. Autant de signes concrets et quotidiens du grand amour et la la vraie amitié qu'ils manifestent envers tous.

Nous vivons dans un monde divisé, profondément déchiré. Divisions, déchirures entre peuples, entre religions, entre individus et souvent, même, au sein de nos familles. Guerres, violences, pulsions de mort qui viennent d'un appétit effréné de domination, d'une soif de pouvoir. Pour cela, on écrase, on tue, on détruit. C'est à qui gagnera. Le plus malin, le plus riche, le plus fort, le plus intelligent. Et chaque fois, il y a des victimes. Jésus, se présentant comme le bon berger, se place résolument du côté des victimes. Par le signe du berger-serviteur, il inaugure le monde nouveau où la première valeur sera l'amour. "Je connais mes brebis et mes brebis me connaissent", dit-il. Or il n'y a pas de connaissance des personnes sans amour. On ne connaît que celui ou celle qui nous intéresse, celui auquel, celle à laquelle on s'intéresse. Amour, connaissance réciproque sont les fruits du désir. D'un désir désintéressé. Le désir de connaître !

A nous de choisir d'accepter ou non. Si nous disons "oui", nous devenons enfants de Dieu, et ce n'est pas une image. C'est une réalité. Voulez-vous devenir "divins" ? C'est possible. Vous apprendrez à vivre d'une vie fraternelle, attentifs aux autres, ne passant jamais sans vous arrêter devant une souffrance, une misère, un cas d'exclusion. C'est ce que la Bible appelle la "vie éternelle". Elle est déjà commencée, démarrée, ici-bas, aujourd'hui. Elle ne fera que s'épanouir pleinement lors du grand passage, si nous en avons fait dès maintenant l'apprentissage.

Ce grand homme qui nous quitte aujourd'hui, victime de son immense Amitié, restera dans nos cœurs. Louons l’œuvre de Dieu, qui par la main de l’impie frappa le berger, pour nous montrer le sens du sacrifice. Louons la mémoire de l’homme qui périt pour avoir voulu rendre à l’homme sa dignité et sa foi.



Allez dans la Paix du Seigneur.

je posterai ça vendredi, ce WE je vais voir le GP de France moto au Mans ange
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Un excellent Psaume pour la messe en mémoire du Camerlingue
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Une messe pour le repos d'une âme
» [Invitation] Messe pour Sainte Calandra à Bourges
» Messe d'adieu à notre soeur Audra.
» Messe sur les vertus et les pêchés
» [RP] Messe d'hommage à Nestor, Seigneur de Pusignan

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Les Grandes Archives Vaticanes :: Cercles d'entraide des écclésiastiques :: Le Séminaire [RP]-
Sauter vers: